MoneeZen est maintenant opérationnel.
Il y a quelques jours nous avons fait notre premier prêt. Ce prêt à permis à un de nos utilisateurs d’économiser des dizaines d’euros de frais bancaires . Le mois dernier, ce client avait payé 80 euros de commissions d’intervention !

Voici pourquoi nous nous sommes lancés dans cette aventure.

Ces frais sont principalement sont facturés à ceux qui sont déjà dans une situation financière difficile . Loin de leur tendre la main, les banques préfèrent les enfoncer. Ces frais alimentent un cercle vicieux qui peut conduire, dans les cas extrêmes, à une situation de surendettement.

La mission de MoneeZen c’est de vous accompagner au quotidien dans la gestion de vos finances. Nous avons une mission précise: éradiquer vos frais bancaires de dépassement de découvert.



Frais pour incidents de paiement, de quoi parlons-nous ?

Quand le solde du compte bancaire est inférieur à la limite du découvert autorisé ou inférieur à 0 si il n’y a pas de droit de découvert, votre compte compte est dans une situation d’incident de paiement.

Dès que ce seuil fatidique est dépassé, la banque facture des frais exorbitants, que l’on peut sans difficulté qualifier d’abusifs. 

Il s’agit tout d’abord de la lettre d’information préalable pour compte débiteur non autorisé. Une simple lettre qui vous annonce que vous avez dépassé votre autorisation de découvert. Cette lettre est facturée en moyenne 13,50 euros.

Il s’agit aussi des fameuses commissions d’intervention. Une commission d’intervention est facturée pour chaque opération débitrice. Son coût est de 8€ en moyenne. 

Votre café à 1,50 euros, payé en sans contact, se transforme en café à 9,50€!

Enfin les prélèvements, les virements automatiques et les chèques peuvent être rejetés entraînant la encore des frais importants.



Frais pour incidents de paiement, de qui et de combien parlons nous?

3 études intéressantes nous indiquent les sommes en jeu et les victimes.

Bankin a mené auprès de ses clients la plus grande étude sur les frais bancaires. Cette étude a été mené sur un 200000 utilisateurs. Il en ressort que que les frais bancaires moyens sont de près de 230 euros par an. Plus de 46%, presque la moitié d’entre nous, payons plus de 150 euros de frais par an.

La deuxième étude qui a fait la lumière sur ces frais abusifs, c’est l’étude menée par l’UNAF et le magazine 60 millions de consommateurs. Cette étude révèle que le montant total des frais bancaires abusifs facturés par les banques est de près de 7 milliards d’euros. Cela représente plus de 20% du bénéfice net des banques.
90% de ces frais sont facturés sur des personnes dont les revenus sont compris entre 1000 et 2000 euros par mois. 4 millions de personnes, les plus fragiles financièrement, payent 300 euros par an en moyenne.

Une 3e étude, menée par panorabanque révèle là encore l’ampleur de la population touchée par ces frais abusifs. 60% des français connaissent au moins une situation d’incident de paiement par an et 24% sont dans cette situation tous les mois.



Des frais légitimes ou un racket?

Quel est la logique de ces frais? Répondent-ils à un coût réel ? Ont-ils une logique économique?

Dans son étude de novembre 2017, 60 millions de consommateurs évoquent une marge de 86% sur ces frais. Ce taux de marge ahurissant est caractéristique de tarifs abusifs.

Dans son livre “Bureaucratie, une utopie des règles” le sociologue David Graeber qui s‘est fait connaître par son ouvrage “les bullshits jobs” livre son analyse et quelques faits sur ces frais bancaires. Selon lui, près de 70% des revenus de JP Morgan, une des plus grande banques américaines, viendraient des frais et pénalités appliqués à ses clients.

Le capitalisme serait devenu, selon Graeber, “une machine à créer de la bureaucratie afin de créer une économie de rente”.
Nous souscrivons à cette analyse, et voici pourquoi. On peut parfaitement comprendre que la banque refuse de vous prêter de l’argent au delà de ce qui est raisonnable en fonction de vos revenus pour éviter justement de vous mettre dans une situation de surendettement. Cependant les banques acceptent la quasi totalité des commissions d’intervention. Qu’est-ce que cela veut dire? Cela signifie que votre banque pense que vous serez en capacité de rembourser mais elle vous facture ce prêt à un coût délirant, totalement déconnecté du coût réel de l’argent.



Des prêts à 3000%

Imaginons que nous sommes le 20 du mois, vous avez déjà dépassé votre autorisation de découvert, vous devez payer 20 euros de courses. Ce prêt de 20 euros entraîne une commission d’intervention 8 euros. Vous recevez votre salaire le 2 du mois suivant. La durée de ce prêt est donc de 12 jours.

Le taux d’intérêt de ce prêt est de 1216%. Si l’on rajoute les frais d’une lettre d’information à 12€, soit un total de 20 euros de frais, on arrive à un taux d’intérêt de 3041%!!



Comment allons nous faire concrètement ?

L’objectif de MoneeZen est de vous éviter de payer ces frais bancaires exorbitants liés aux incidents de paiement. Pour cela nous allons tout simplement vous prêter l’argent qu’il vous manque pour finir le mois. 

Ce microcrédit, de 50 à 300 euros, va permettre de maintenir son compte bancaire sous la limite du découvert autorisé, la banque ne pourra plus vous facturer ces frais.

Ce crédit ne sera pas gratuit mais son coût sera 10 à 30 fois inférieur au coût des frais bancaires. 

Pour remplir notre mission, nous devons être capable d’anticiper les situations d’incidents de paiement et avoir la capacité de financer ces microcrédits.

Pour anticiper les situations d’incidents de paiement, nous demandons à nos utilisateurs de connecter leur compte bancaire à l’application MoneeZen. Cette connexion se fait dans le cadre juridique de la DSP2 et via Budget Insight, un prestataire agréé. Nos algorithmes et les outils de machine learning que  nous avons développé seront capables de détecter en amont un risque d’incident de paiement et son coût potentiel. Lorsque cette situation se présentera, nos utilisateurs pourront choisir de souscrire au micro-crédit MoneeZen pour économiser ces frais.

Bien sûr, nous ne prêterons qu’à des personnes qui seront capables de rembourser ce microcrédit.  L’accès aux données bancaires permettra d’évaluer le risque et de scorer en temps réel nos utilisateurs. L’acceptation ou le refus pour l’octroi d’un crédit sera instantané.



Un financement entre particuliers

MoneeZen est un intermédiaire en financement participatif. Avec MoneeZen, des particuliers qui ont de l’épargne peuvent financer les microcrédits de ceux qui ont besoin d’épargne. La rémunération pour les prêteurs sera de 8,5%. MoneeZen permet aux prêteurs de placer leur argent à un taux attractif et aux emprunteurs d’éradiquer leurs frais bancaires.

Nous transformons ainsi le cercle vicieux des incidents de paiement en cercle vertueux entre prêteurs et emprunteurs ou tout le monde est gagnant.



Source:

https://blog.bankin.com/comment-nous-avons-r%C3%A9v%C3%A9l%C3%A9-les-frais-bancaires-pay%C3%A9s-par-les-fran%C3%A7ais-27d528f17aec

https://www.60millions-mag.com/2017/11/13/frais-bancaires-abusifs-11452

https://billetdebanque.panorabanques.com/banque/60-francais-depassement-de-decouvert-1-an/