Les petites et moyennes entreprises (PME) et les très petites entreprises (TPE) constituent une population très diverse de plus de 3 millions d’entreprises. Elles représentent la moitié de l’emploi et de la richesse produite par les entreprises. L’accès au crédit des TPE/PME est déterminant pour assurer le développement de ces entreprises qui sont au cœur du tissu économique et social.



Les TPE/PME au coeur du tissu économique et social

Ces entreprises ont  un rôle majeur en matière d’emploi et de croissance sur tout le territoire national.  Selon un sondage réalisé par OpinionWay (Science Po Paris), les PME/TPE sont au sommet de la confiance des Français (81 %).  Elles ont une forte présence sur le territoire et le rendent plus attractif de par leurs activités. Que sont-elles et quelles sont leur activités?  

Les TPE  sont des entreprises de  moins de 10 personnes avec un chiffre d’affaires annuel qui n’excède pas 2 millions d’euros. Elles sont particulièrement nombreuses dans l’artisanat, les secteurs du commerce, de la construction ainsi que dans les services aux entreprises et aux personnes.

Les PME sont plus diversifiées. Ce sont des entreprises de  moins de 250 personnes avec un chiffre d’affaires annuel ne dépassant pas 50 millions d’euros. Elles sont particulièrement représentées dans les secteurs de la construction, de l’industrie (890 000 salariés), dans les hôtels, cafés, restaurants, ainsi que dans le secteur de l’économie sociale. Elles occupent également près de la moitié des emplois de certains services aux entreprises (activités scientifiques, techniques, juridiques et comptables). 

Les TPE/PME ont une forte proportion de salariés au SMIC. Les rémunérations sont plus faibles pour les salariés comme pour les dirigeants. Un dirigeant d’entreprise de moins de 10 salariés aura un salaire 3 fois plus faible que celui d’une entreprise de plus de 250 salariés. Les TPE concentrent des emplois à temps partiel . 28.3% des salariés de TPE travaillent à temps partiel contre 16% dans les entreprises de 10 salariés ou plus. 

Les TPE et PME doivent réussir à articuler efficacité, rentabilité, développement territorialisé et création d’emploi tout en s’adaptant à la révolution numérique et  écologique. Leur ambition est à la fois économique, sociale et culturelle. L’accès au crédit pour les TPE/PME est donc primordial pour accompagner leur développement



Les difficultés de financement des TPE/PME

Les PME et TPE ont de grandes difficultés pour financer leurs projets d’investissement, mais surtout leur besoin de trésorerie à court terme. La première source de financement des TPE/PME ce sont les fonds propres et l’autofinancement. L’accès au crédit reste encore trop difficile .

Les fonds propres (épargne) correspondent aux fonds existants, il peut s’agir d’un apport personnel du dirigeant ou des bénéfices de l’entreprise mis en réserve. 

Ce mode de financement est fortement variable et incertain, d’ou une difficulté des TPE/ PME à financer leur croissance. Selon l’INSEE, un tiers des TPE ont des fonds propres nuls ou négatifs. Faciliter l’accès au crédit des TPE/PME doit donc être une priorité de toute action de développement économique et social.

Un grand nombre de dirigeants se plaignent de la difficulté d’accès à ce crédit. Aujourd’hui 25% des dirigeants de TPE/PME déclarent s’autocensurer dans leur demande de crédit.



La France mauvaise élève du financement des TPE/PME

La France est le seul pays de la Zone Euro, avec la Grèce, à avoir une demande bien supérieure à l’offre en matière de crédit bancaire. De plus, les décisions des banques portent sur l’évaluation et le suivi de la rentabilité des entreprises, ou leur solvabilité, plus que sur leur efficacité globale.  C’est pourquoi, 30% des TPE voient leur demande crédit refusé ( soit 100 000 personnes), ou n’obtiennent qu’une partie.

Cette difficulté d’accès au crédit oblige les TPE/ PME à se tourner vers d’autre mode de financement. Le découvert bancaire et l’affacturage sont aujourd’hui des modes de financement commun des TPE alors qu’ils devrait rester exceptionnel. Leur coût est particulièrement élevé. Ce mode de financement inadéquat explique le poids considérable des frais bancaires et financiers pour les TPE/PME. 

L’apport des TPE/PME dans la richesse économique et sociale en France est essentiel pour l’emploi et la revitalisation des territoires. Le recours au crédit paraît indispensable mais reste encore trop inaccessible. 

Il existe aujourd’hui d’autres solutions pour pallier ces difficultés de financement. On peut notamment  citer les plateformes de financement participatif ou crowdfunding. En Angleterre, lorsqu’une banque refuse d’apporter un prêt à une entreprise, elle est dans l’obligation de rapprocher cette dernière d’une plateforme de crowdfunding. 



Source

https://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics/174000311.pdf




Ecrit par MoneeZen le 21/10/2019